Hygiène et sécurité

Vous trouverez sur cette page un certain nombre d'informations générales et particulières à la faculté dans le domaine de l'hygiène et de la sécurité.

Numéros d'urgence

Numéros d'urgence de l'UniStra
Procédure d'évacuation d'une victime

112 : Service Départemental d'Incendie et de Secours - www.sdis67.com
A utiliser avec les téléphones mobiles, valable partout en Europe

15 : SAMU

17 : POLICE

18 : POMPIERS

03 68 85 86 37 : Service médical de l'UniStra - 72 route du Rhin (Batiment de l'IUT) à Illkirch

03 88 37 37 37 : Centre anti-poison - http://www.centres-antipoison.net/

03 69 55 04 76 : CISIH (Centre d'Information sur l'Immunodéficience Humaine)
En cas d'exposition au sang humain (Prévenir en parallèle le service médical)

Premiers Soins - Conseils

EN CAS D’URGENCE APPELER :

le SAMU - tél : 15 ou 112
ou le CENTRE ANTIPOISON - tél : 03 88 37 37 37

Dans tous les cas  :  Alerter les secouristes
Si nécessaire, appeler

  • un médecin
  • le SAMU
  • le centre anti poisons 03 88 37 37 37
  • le Centre de soins de l’infection par le VIH 03 69 55 05 01 ou 03 69 55 04 76

Ne pas raccrocher tant que votre correspondant ne vous l’a pas spécifié : il aura des questions à vous poser pour que l’intervention soit efficace.
Prévenir le service de santé au travail de l’UniStra ou de médecine de prévention des personnels CNRS.

Site de l’Esplanade : 03 68 85 15 10 (UdS) 03 68 85 15 08 (CNRS)
Site d’Illkirch : 03 68 85 86 37 (UdS) bâtiment IUT
Site de Cronenbourg : 03 88 10 63 22 (CNRS)


Affiche : Conduite à tenir en cas d’accident - Premiers soins

Brûlure chimique

Brûlure cutanée

Laver immédiatement et abondamment à l'eau courant pendant 15 minutes, après avoir retiré les vêtements contaminés. Ne pas tenter de retirer les vêtements adhérents.

Brûlure cutanée par acide fluorhydrique

Laver immédiatement à l'eau courant pendant 15 minutes, après avoir retiré les vêtements contaminés, puis appliquer le gel de gluconate de calcium* en couche épaisse + pansement toutes les 3 heures.
Appeler le centre anti poison ou le SAMU en précisant qu'il s'agit d'une brûlure à l'acide fluorhydrique

Projection chimique oculaire

Laver immédiatement à l'eau courant (sans chercher à enlever les verres de contacts s'il y en a), prendre le relais avec un flacon lave-oeil à remplir avec de l'eau et continuer à rincer pendant 15 minutes.

Consulter un ophtalmologiste.
Attention au risque d'intoxication par inhalation: appeler le centre anti poison.

* disponible au magasin de chimie de l'UniStra

Brûlure thermique

Refroidir la partie brûlée sous l'eau courante pendant au moins 10 minutes sans retirer les vêtements.

Hémorragie (saignement abondant)

Faire un pansement compressif ou un tampon relais, à l'aide de compresses ou d'un linge propre plié en tampon, à maintenir jusqu'à l'arrivée des secours.
NE PAS UTILISER DE GARROT, NI DE COTON, NI D'ANTISEPTIQUE
En cas d'amputation, conserver le segment amputé au sec dans un sachet plastique fermé, mis dans un autre sachet contenant de la glace ou, utiliser un kit de récupération de membre sectionné.

Plaie simple

Se laver les mains et si possible se protéger les mains avec des gants à usage unique.
Laver la plaie à l’eau et au savon, rincer et sécher avec une compresse propre.
Appliquer un antiseptique en unidose de préférence (chlorexidine).
Protéger avec un pansement adhésif tout prêt ou une compresse propre et du sparadrap.
Vérifier la vaccination antitétanique (rappel tous les 10 ans).

Blessure avec du matériel biologique
Laver avec de l’eau et du savon et rincer abondamment.
Désinfecter avec du Dakin Cooper ou de l’alcool ou à défaut tout autre antiseptique disponible, si possible par trempage avec un temps de contact d’au moins 5 minutes.
Si le matériel biologique est d’origine humaine, appeler le Trait d’union, centre de soins de l’infection par le VIH.

Electrisation

Couper la sources de courant
Une électrisation même légère peut provoquer des traumatismes internes.
Appeler le SAMU

Intoxication par ingestion

Ne pas faire vomir et ne pas faire boire
Appeler le SAMU, le centre anti poison

Intoxication par inhalation

Soustraire la victime en se protégeant de l'atmosphère polluée (port d'un masque à cartouche adapté)
Appeler le SAMU, le centre anti poison

Alerte et évacuation

POUR DECLENCHER L’ALARME : brisez la vitre des fenêtres d'alarme présentes dans les couloirs !

En cas de déclenchement d'alarme

Extrait de la procédure "Organisation et Déroulement d’un exercice d’évacuation" 

  •     Si l’établissement n’est pas encore équipé d’un système d’alarme spécifique, l’ordre d’évacuation devra être donné par un signal sonore évitant toute confusion avec un autre signal et audible de tous les locaux ; il peut s’agir d’une sonnerie ou d’un signal donné par une corne de brume.
  •     Au déclenchement de l’alarme, chaque personne doit arrêter toute machine ou installation pouvant devenir dangereuse du fait de l’absence de surveillance puis se diriger calmement vers les issues pour se rendre au(x) point(s) de rassemblement extérieur(s) au bâtiment. Ne jamais utiliser les ascenseurs.
  •     Les guides d’évacuation reconnaissables à leur casquette jaune doivent vérifier que chaque pièce soit vide (y compris les sanitaires), fermer toutes les portes des locaux afin d’éviter la propagation du sinistre éventuel avant de se rendre au point de rassemblement extérieur et faire l’appel (si possible) des personnels  voire des étudiants de son étage.
  •     Ne regagner son poste de travail que sur invitation des guides d’évacuation ou du personnel des services de sécurité incendie (Esplanade, Faculté de Médecine) et du Pôle Européen de Gestion et d’Economie, après validation par le responsable d’évacuation, casquette orange.

- Ne prenez pas les ascenseurs
- Fermez les portes des bureaux et des laboratoires .
- Ne retournez pas dans votre bureau ou au vestiaire pour récupérer vos affaires personnelles.
- Pensez aux personnes susceptibles d’être encore dans le bâtiment dans des endroits non touchés par l’alarme (sous-sol, animalerie pour le moment!).
- Evacuez l’établissement par l’issue de secours la plus proche indiquée sur le plan d’évacuation de votre étage et rejoignez les points de rassemblement sur le parking autour de vos responsables d’étage, comme indiqué sur le plan.
- Ne restez pas près du bâtiment !
- Ne retournez pas dans le bâtiment sans y avoir reçu l’autorisation des responsables.

 

Consignes en cas d'incendie avec victime

  •     Donnez l’alerte sans mettre votre sécurité en jeu en activant l’alarme et prévenant les secours.
  •     Essayez de sortir la victime du local et la mettre en sécurité.
  •     Essayez de circonscrire le sinistre avec tous les moyens à disposition, si cela peut se faire sans risque.
  •     Si le sinistre ne peut être maîtrisé, évacuez, fermez la porte du local et mettez-vous en sécurité jusqu’à la venue des pompiers.
  •     A l’arrivée des pompiers sur les lieux, transmettez les informations sur le sinistre et évacuez.

ATTENTION, DANGER !

N’éteignez jamais une personne en flammes avec un extincteur ! Ceinturez-la et étouffez le feu sur elle avec une couverture.
En cas de brûlures localisées, passez la partie brûlée sous l’eau froide pendant 10 à 20 minutes, ne mettez rien dessus !

Consignes en cas d'accident 

Incident électrique : ne réarmez jamais un disjoncteur, appeler l’ électricien de la faculté.

Fuite d'eau : contactez le service technique: dpi-maintenance-pharmacie[at]unistra.fr

Renversement d'un produit chimique : fermez la porte du laboratoire et appelez le correspondant hygiène et sécurité ou le secouriste le plus proche.

 

Consignes en cas d'accident corporel 

Accident léger : consultez les secouristes de la faculté qui décideront des suites à donner. Dans tous les cas l'accident est consigné sur le registre de sécurité de votre laboratoire : ceci vous permet une prise en charge comme accident du travail si des complications interviennent ultérieurement.

Accident grave : appelez le SAMU, puis si possible un secouriste de la Faculté.

Quel extincteur pour quel feu?

FeuxClasse AClasse BClasse CClasse D
Nature
du feu
Feu sec:
bois, papier, chiffons
Feu de liquide:
hydrocarbure, solvants ou feu d'appareil électrique
Feu de gaz:
propane, acétylène, gaze de ville
Feu de métaux:
sodium, magnésium, potassium
ExtincteurEau pulvériséeGaz carbonique (CO2) ou poudre polyvalentePoudre polyvalenteSpécial pour feux métaux
RemarquesMatériel irrécupérable

Plan d'évacuation et de ralliement

Télécharger le plan détaillé

Hygiène et Sécurité  Les personnes

Qui contacter en cas de problème ?

Responsables sécurité en dehors des heures de travail
Responsable de la faculté de Pharmacie : Doyen  Pr. Jean-Pierre GIES
Responsable administratif de la Faculté de Pharmacie : Irène MONZON
Commission locale d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CLHSCT) : pharma-comhs[at]unistra.fr
Correspondants AP UniSra et CNRS et Personnes Compétentes en Radioactvité : cliquer ici pour voir le voir tableau
Ingénieurs Hygiène et sécurité :
       UniSta SPSE (service prévention, sécurité, environnement) 36, Boulevard de la Victoire : Mme Claude GEIST
       CNRS - QSE (qualité, sécurité, environnement) Cronenbourg : Mr Kevin GEIGER
Local d’hydrogénation :
Azote liquide :  Delphine GARNIER - 54320
PACSI : Delphine GARNIER - 54320
Electricité, eau, gaz : Nunzio FINETTINO - 54124
Animalerie : Lionel HOST - 54142 et Philippe BOUCHER - 54248

Défibrillateurs
Trois défibrillateurs sont installés à la Faculté de pharmacie. Ils sont localisés dans les trois différents halls A/B, C/D et E/F.

Liste des personnels SST (Sauveteurs Secouristes au Travail)

Aile A/BAile CAile DAile EAile F
Batman Adalet
Grussenmeyer Aurélie
Chabert Philippe
Choulier Laurence
Kuhn Isabelle
Morel Jean Josiane
Nande Philippe
Barthel Ingrid
Foppolo Sophie
Goepp Valérie
Lequeu Thiebault
Steffan Tania

Bihel Frédéric
Bolze Frédéri
Bonnet Dominique
Bourderioux Aurélie
Bourjot Mélanie
Bricard Jacques
Karpenko Iiulia
Maechling Clarisse
Marsol Claire
Riche Stéphanie
Schmitt Martine
Specht Alexandre
Specht Blond Gaelle
Urbain Aurélie

De Giorgi Marcella
Didier Bruno
Finettino Nunzio
Hadj Sassi Faisal
Mosser Michel
Seguin Cendrine
Wagner Patrick

Liste des Assistants de Prévention (AP) - Personnes Compétentes en Radioactivité (PCR) - Agent Chargé de la Mise en Oeuvre des règles d'hygiène et de sécurité (ACMO)

Nom - PrénomTéléphone Interne
APNunzio Finettino
Claude Schneider
54 281
54 137
ACMO

Isabelle Kuhn
Claire Marsol-Hoff
Sylvie Perrotey
Tania Steffan
+ Nunzio Finettino/Claude Schneider

54 169
54 225
54 150
54 150
54 281 / 54 137
PCRAdeline Martz
Nathalie Niederhoffer
54 116
54 197

Les responsables d'étage : évacuation

Les guides d'évacuation (responsable d'étage) sont reconnaissables à leur casquette jaune.
Ils doivent s'assurer que suite au déclenchement de l'alarme, l'étage a été entièrement évacué. Ils regroupent sur leur point de ralliement les personnes de leur étage et s'assurent verbalement que toutes les personnes présentes à l'étage sont bien là. Sur ordre des pompiers et des responsables sécurité de la Faculté, ils font rentrer les personnes évacuées.
A l'issue de l'évacuation, au minimum un guide d'évacuation doit se rendre à l'entrée du bâtiment A/B (en passant par l'extérieur) pour informer le responsable d'évacuation (ou les secours) de la complète évacuation de son secteur. Il doit alors signaler les locaux qui n’ont pas pu être vérifiés et les personnes n’ayant pas rejoint les points de rassemblement ainsi que tout dysfonctionnement (endroits dans lesquels l’alarme est inaudible, porte coupe-feu non opérationnelle, délai anormal d’évacuation, défaut d’éclairage de sécurité, etc.)

Consulter la liste des guides d'étage

Formation en Hygiène et Sécurité  Le personnel et les étudiants

Formation des personnels

Personnel de l'UniStra

L'offre de formation proposée par l'Université est présente via Ernest (ENT)

Université > Services centraux > Direction des ressources humaines > Formation continue des personnels

Toute demande de participation à une action de formation collective doit faire l'objet d'une inscription via le formulaire complété de l'avis hiérarchique et à transmettre par courrier à drh-formation[at]unistra.fr.

Personnel du CNRS

Lien vers les formations

Formation des étudiants

Le SUMPS (Service Universitaire de Médecine Préventive et de promotion de la Santé) propose aux étudiants des formations gratuites aux premiers secours.

Les informations sont disponible via le site internet ou par téléphone au 03 68 85 50 24

Déclaration accident du travail  Procédure à suivre étudiants / personnels

Dans tous les cas, noter l'accident dans le registre hygiène et sécurité

Procédure de déclaration d'accident du travail pour les étudiants en cours ou en stage conventionné

La Direction des Etudes et de la Scolarité (DES) centralise les déclaration d'accidents de travail des étudiants en cours ou en stage.

Etudiant en cours:  étudiant victime d'un accident lors d'un cours ou lors de l'enseignement d'une activité sportive dans son cursus.
Etudiant en stage: étudiant victime d'un accident sur son lieu de stage (convention de stage signée par toutes les parties) ou sur le trajet domicile-stage. Cela concerne uniquement les stages non gratifiés ou gratifiés à 3.75€ net /H (montant 2019)

Quand et comment déclarer l'accident ?

Lorsqu'un étudiant est victime d'un accident du travail, il dispose de 24H pour en avertir la DES.
L'étudiant ou la scolarité doit transmettre à l'adresse des-accidents-etudiants[at]unistra.fr :

  • La déclaration d'accident remplie (document CERFA N°14463*01)
  • Le certificat médical rempli par le médecin (CERFA N°50513#03). Il est possible de faire emplir le document par le Service Santé Universitaire (SSU)
  • La convention de stage signée, en cas d'accident lors d'un stage

La DES déclare l'accident en ligne dans les 48H et transmet à l'étudiant par courrier l'ensemble des pièces de son dossier, ainsi qu'une feuille de soins qu'il fera remplir par les différents praticiens (médecins, pharmaciens, etc..). La scolarité de l'étudiant est en copie de cet envoi.

Consulter la procédure le l'UniStra pour la déclaration étudiante

Procédure de déclaration d'accident de service / de travail ou de trajet pour le personnel

La procédure diffère selon le statut de l'agent (titulaire ou contractuel) néanmoins, dans tous les cas, l'agent est tenu d'informer son supérieur hiérarchique dans les plus brefs délais, de compléter la déclaration d'accident et de transmettre le certificat médical.
La constatation de l'état de l'agent doit être faite par un médecin.
En cas d'accident de trajet, une copie du plan routier faisant apparaitre le trajet emprunté et la localisation de l'accident est à joindre, avec une attestation sur l'honneur certifiant que l'accident s'est bien produit sur le trajet habituel ( si un détour a été effectué, l'agent devra en expliquer les raisons).

Consulter la procédure complète de déclaration des personnels

Contact  pour les étudiants:
Dr Aude Rochoux - Médecin directrice du SUMPS - 03 68 85 50 30

Contact pour les personnels:
Dr Elisabeth Gaertner - Médecin de prévention - 03 68 85 85 30

Registres Hygiène et Sécurité

Tenue des registres

Coordonnées des personnes chargées de tenir le registre

StructureNom - prénomTéléphone*Courrier
Faculté 
Enseignement
Registre central
Monzon Irène03 68 85 52 84monzon[at]unistra.fr
Schneider Claude
Finettino Nunzio
03 68 85 41 37
03 68 85 42 81
claude.schneider[at]unistra.fr
nfinettino[at]unistra.fr
UMR 7199Kuhn Isablle03 68 85 41 76isabelle.kuhn[at]unistra.fr
UMR 7021Steffan Tania03 68 85 42 69tania.steffan[at]unistra.fr
UMR 7200Marsol-Hoff Claire03 68 85 42 25claire.hoff[at]unistra.Fr

* les cinq derniers chiffres sont les numéros internes

Un registre hygiène et sécurité est mis à disposition des agents et des usagers souhaitant faire des observations et/ou des suggestions relatives à la prévention des risques professionnels et à l’amélioration des conditions de travail.
La procédure et le formulaire sont téléchargeables sur le site intranet de l’Unistra (dans ErNesT (ENT) :
L'université > Domaine de gestion des ressources >Service prévention sécurité environnement > SPSE > Outils de la prévention > Registre

Quelle suite sera donnée au inscription?

Le registre est transmis au responsable du service, qui prend les mesures nécessaires quand le problème relève de sa compétence sil estime les remarques justifiées. Il saisit le service compétent le cas échéant.
Le comité d'hygiène et de sécurité examine les inscriptions consignées et en discute. Il est informé des suites qui ont été réservées à chacun des problèmes soulevés par ces inscriptions.

Points (non exhaustifs) pouvant être consignés:

  • Les problèmes liés à l'environnement extérieur, l'aspect immobilier, la propreté, l'hygiène, la sécurité
  • Les (risques d')accidents et (d')incidents
  • Les problèmes liés aux ambiances de travail (bruit, éclairage, confort thermique, aération)
  • Divers (tabagisme..)

Signalement de danger grave et imminent - Droit de retrait

Mettre en oeuvre les actions nécessaires après le signalement d'un danger grave et imminent : voir dans ErNesT > Vie de l'université>Services centraux>SPSE.

Toute situation de danger grave et imminent doit être signalée immédiatement pour faire cesser le danger.
Une procédure est mise en place au niveau de l’Unistra et des unités de recherche associées au CNRS.
Tout agent qui a un motif raisonnable de penser qu’une situation présente un danger grave et imminent doit immédiatement informer une des personnes suivantes, pour inscription spéciale destinée au signalement des dangers graves et imminents :

Monzon Irène : 03 68 85 42 87
Schneider Claude : 03 68 85 41 37
Finettino Nunzio: 03 68 85 42 81
Maechling Clarisse: 03 68 85 42 22

Tout agent a la possibilité de se retirer de la situation de travail concernée (exercice du droit de retrait). Une enquête immédiate sera effectuée afin de vérifier la réalité du danger et d'en supprimer les causes le cas échéant.

Définition du danger grave et imminent

On peut définir un danger grave et imminent comme une menace susceptible de provoquer une atteinte sérieuse à l'intégrité physique d'une personne dans un délai très rapproché: accident entraînant la mort ou paraissant devoir entraîner une incapacité permanente ou temporaire prolongée. Seule l'existence d'une situation présentant des caractéristiques objectives de dangerosité peut légitimer le retrait de l'agent.

Le danger doit être distingué du risque habituel du poste de travail et des conditions normales d'exercice du travail, même si l'activité peut être pénible et dangereuse.

L'imminence du danger suppose que le danger ne soit pas encore réalisé, mais est susceptible de se concrétiser dans une bref délai.

Informations complémentaires

Les consignes générales

Interdiction d'introduire des animaux à titre personnel dans le centre
Interdiction de fumer dans les bâtiments
Interdiction de manger et d'introduire de la nourriture dans les laboratoires
Ne jamais pipeter à la bouche
Ne pas travailler seul
Ne pas encombrer les passages et les issues de secours
Utiliser les équipements personnels de sécurité (EPI) : blouses, lunettes, gants...

Précautions d’ordre général 

    Tout tuyau assurant une circulation d'eau ou de gaz doit être assuré avec un collier de serrage de type serflex.
    Tout chauffage doit être régulé avec un thermostat ou un thermomètre régulateur.
    Toute bouteille de gaz doit être fixée par une chaîne
    Les bouteilles, ballons ou flacons contenant des solvants ou produits chimiques doivent être identifiés et fermés.
    Evitez le stockage de produits dangereux au-dessus du niveau des yeux.
    Evitez le stockage de la verrerie volumineuse au-dessus du niveau des yeux.

Equipement de sécurité dans les laboratoires et dans les couloirs

Extincteurs adaptés au risques encourus
Fontaine lave-oeil
Sorbonnes
Armoires à pharmacie contenant une trousse de première urgence
Masque à gaz
Filets de protection sur la verrerie sous vide
Poudre absorbante pour produits chimiques répandus
Exctinteurs
Douches à la sortie des laboratoires

Consignes spécifiques

Sciences chimiques

Equipements de Protection Individuelle (EPI) : Blouse, lunettes, surlunettes, gants adaptés aux expériences, 1 masque à gaz par labo

Principes de base 

  • Avant d'utiliser un produit nouveau consulter sa description chez le fournisseur et si nécessaire sa fiche toxicologique pour connaître ses dangers (toxicité, instabilité).
  • Pour hydrogéner utiliser exclusivement la salle d'hydrogénation.

Avant de commencer une expérience il faut absolument l'enregistrer sur votre cahier de laboratoire et identifier le montage.

  • Travailler sous hotte et maintenir la vitre baissée dans tous les cas où cela est possible.
  • Pour toute réaction présentant un risque (toxicité, explosivité) utiliser une hotte bien ventilée (marche forcée), vitre baissée et mettre un écran de plexiglas supplémentaire.
  • Une bonne connaissance théorique de la réaction à effectuer augmente la sécurité.

Conduite d’une réaction : Vous synthétisez des produits biologiquement actifs, attention à leur toxicité et effets.

  • Dégager le plan de travail avant de commencer à manipuler.
  • Ne pas utiliser de la verrerie ébréchée.
  • Soyez toujours prêts à réagir rapidement et calmement au déroulement anormal de la réaction (exotherme, emballement, début d'incendie).
  • En cours d'utilisation, ne pas stocker les bouteilles de solvants sur le sol et refermer immédiatement un flacon contenant un produit chimique (solvant, réactif...).
  • Traiter vos déchets : ne jeter que les effluents inodores et non toxiques (environnement, humains).

 Renversement Chimique

  • Si un produit chimique se répand dans le labo et/ou sur vous :
  • S'il y a des résidus chimiques sur vos vêtements ou sur votre peau, déshabillez-vous et douchez-vous de suite (douche accessible 1er étage Bat. F à côté de la laverie TP).
  • Evacuez le labo.
  • Fermez les portes et interdisez-en l'accès.
  • Informez les chimistes compétents à proximité et si nécessaire les correspondants hygiène et sécurité ou les secouristes du travail de votre étage.

N’essayez pas de nettoyer vous-même !
Ne demandez pas à un employé du nettoyage de s'occuper du renversement.
Identifiez le produit chimique et la quantité renversée.
Les personnes compétentes indiqueront comment ramasser et se débarrasser du produit.

 Prévention-Renversement chimique

Avant d'utiliser tout produit chimique :

  • Consultez le catalogue du fournisseur et la fiche toxicologique (fiches fabricant ou fiches INRS (site), voir ACMO et CoHS)
  • Ne stockez que la quantité minimale pour votre usage immédiat. Commandez-en très peu.
  • Stockez dans un endroit sûr et surtout pas dans la porte d'un frigo ou plus haut que la hauteur des yeux.
  • Ne transportez pas de produit chimique dans vos mains; utilisez un chariot ou un container approprié.

 Assurez-vous que les nouveaux arrivés soient informés des risques encourus et des procédures à suivre.

Accueil visiteur

Toute personne entrant dans un labo doit toujours porter des lunettes de sécurité (en mettre à la disposition des visiteurs).

Stockage

  • Verrerie : ne pas laisser de la verrerie sur les séchoirs durant la nuit ou les week-ends.
  • Solvants : ne pas les stocker dans les placards du couloir, les stocker dans les placards équipés de bac de rétention à proximité des hottes ou dans des armoires de sécurité ventilées.
  • Produits chimiques : Ranger les produits chimiques dans les placards prévus à cet effet. Pour limiter leur nombre, des campagnes de ramassage organisées par l’UniStra sont prévues tous les ans (6 mois si forte demande).
  • Produits synthétisés : éviter d'accumuler les ballons contenant des produits que vous avez préparés. Stocker vos produits dans des piluliers étiquetés, bouchés hermétiquement.

 Déchets

Lorsque cela est possible, traiter vos déchets de façon à les transformer en produits non-dangereux. Considérer le traitement des déchets comme une réaction chimique.

  • Solvants usés : les solvants chlorés et non chlorés sont mélangés et stockés dans des bidons vidés règulièrement dans les cuves du bunker. Le pH doit être compris entre 7 et 8.2. Ne pas y mettre des produits toxiques ou nauséabonds.
  • Solutions aqueuses : Si elles ne présentent pas de risques (humains ou environnement) elles sont jetées à l'évier. Dans le cas contraire, elles sont traitées comme des déchets toxiques.
  • Déchets toxiques : S'ils ne peuvent pas être détruits et convertis en déchets non toxiques, les flaconner, les étiqueter (date et nature), mettre un morceau de parafilm autour du bouchon et les déposer au bunker dans des cartons remplis de vermiculite. Le signaler aux responsables hygiène et sécurité). Une expédition a lieu au moins tous les ans (plus fréquemment selon la demande).
  • Vieux produits : S'il ne peuvent pas être détruits sans risques, les traiter comme déchets toxiques.
  • Scintillant radioactif : ne jeter aucun solvant même faiblement radioactif dans les cuves du bunker : les traiter comme des déchets radioactifs classiques.

 Poubelles

Pensez aux personnes du service d’entretien, ne les exposez pas à des risques dont vous êtes conscient et eux pas! Dans les laboratoires, il y a 2 ou 3 types de poubelles :

  • Poubelle à silice : n'y mettre que de la silice sèche (fermez les sacs avant de les jeter)
  • Poubelle à verre : morceaux de verre, bouteilles de verre (rincées à l'acétone puis à l'eau), objets piquants, tranchants ou coupants.
  • Poubelle normale : Déchets exempts de verre et de produits chimiques et d’autres objets coupants ou dangereux.

Sciences biologiques

Travail sur tissus et organes
Les tissus, spécialement ceux d'origine humaine, doivent être considérés comme potentiellement pathogènes et doivent être manipulés comme tels. Toutes les manipulations doivent se faire sous une hotte à flux laminaire. L'usage des scalpels ou scies pour couper ces tissus doit faire l'objet d'un soin particulier afin d'éviter de se blesser aux mains.

Mesures de sécurité

  • Portez une blouse boutonnée, des gants jetables, des lunettes de protection, un masque jetable
  • Travaillez sous une hotte à flux laminaire

Hotte à flux laminaire

  • Gardez le plan de travail propre et rangé
    Désinfectez le plan de travail avec de l'éthanol à 70% après chaque usage

Traitement des déchets septiques

  • Liquides : Les homogénats, les cellules et membranes doivent être traités avec de l'eau de Javel à une concentration finale supérieure à 1%. Le contact avec l'eau de Javel doit être maintenu un minimum de 30 minutes avant de jeter ces préparations à l'évier.
  • Solides : Un tri sera réalisé en fonction du type de déchets septiques (traitement spécial pour les bactéries du groupe 3) sachant que la réglementation en vigueur n’autorise pas de rejets de déchets biologiques, même après autoclavage, dans les déchets ménagers.
    Le recours à une société de transport et de traitement des déchets infectieux et assimilés est obligatoire. Le SHS avec l’aide du CHS travaille sur le mise en place d’une gestion commune des déchets biologiques des laboratoires de l’UDS.
  • Piquants, tranchants, coupants : Utilisez des poubelles spéciales (Sharpsafe à fermer par exemple) et les éliminer comme déchets septiques (voir plus haut)

Utilisation de locaux spéciaux

Bunker
Il est strictement interdit de fumer dans ces locaux. Le port de lunettes est obligatoire et de masque.

En cas d'accident : (bris de bouteilles contenant des produits chimiques inflammables ou toxiques, fuite de solvants des cuves, odeur suspecte...) : fermez les portes du local et prévenez immédiatement les ACMO ou CoHS

En cas d'incendie : sortez immédiatement, fermez les portes du local et prévenez immédiatement les pompiers.

Salle d'hydrogénation (responsable : André MANN)
Aucune réaction d’hydrogène atmosphérique ou sous pression ne se fait au laboratoire. Une salle au rez de chaussé est mise à la disposition des laboratoires concernés. Ne manipulez jamais seul dans ce local !

1. La salle d’hydrogénation est actuellement équipée de 2 appareils de Paar. Avant utilisation d’un de ces postes, prière de s’inscrire

Ne pas amener de papier dans cette salle à cause du risque d'inflammation. L’utilisateur lira attentivement les consignes d’utilisation affichées dans la salle d’hydrogénation. Il s’inscrira sur le carnet accroché à l’appareil utilisé et remplira la feuille d’utilisation à accrocher sur la porte de la salle d’hydrogénation (disponible auprès des responsables). Il notera également tous les " éventuels " problèmes rencontrés.

2. Un détecteur d’hydrogène (explosimètre) est situé au plafond. En cas de fuite d’hydrogène, il commande :

  • La coupure de courant électrique alimentant la salle
  • La coupure d’arrivée d’hydrogène, grâce à une électrovanne extérieure. Cette électrovanne actionne une vanne pneumatique alimentée par la bouteille d’azote.
  • Le déclenchement d’une alarme sonore à l’entrée de la salle, doublée d’un voyant lumineux
  • La mise en route du ventilateur antidéflagrant. Ce ventilateur peut également être actionné en continu grâce à l’interrupteur situé dans l’armoire électrique du couloir.


3. En cas d’alarme pendant les heures normales de travail, prévenir les responsables qui décideront de la marche à suivre. En leur absence, prévenir l’utilisateur de la pièce (voir cahier paragraphe 1) ou le concierge et les pompiers.

Une de ces personnes ira vérifier l’instrument de contrôle situé à la porte de la pièce d’hydrogénation et ensuite vérifier que la bouteille d’hydrogène située à l’extérieur est fermée.

4. Il est rappelé qu’il est impératif de fermer les vannes des bouteilles situées à l’extérieur, après avoir chargé en hydrogène le dispositif utilisé.

Salle RMN (responsable : Delphine GARNIER)

A moins d’1 mètre, l’aimant peut être assez puissant pour attirer des objets métalliques non attachés (outils, clés, bouteilles de gaz) et provoquer des dégâts graves sur l’appareil.

Les personnes porteuses de simulateurs cardiaques, d’implants métalliques, d’agrafes chirurgicales, doivent impérativement se tenir à une distance supérieure à 1 m. Les cartes bancaires peuvent être endommagées à proximité de l’aimant.

Contrairement à une opinion courante, il n’y a pas de radioactivité dans un appareil RMN !

Animalerie (responsables : Lionel HOST et Philippe BOUCHER)
L’accès aux pièces conventionnées (injections et prélèvements sur lapins ou rats) n’est possible qu’aux personnes autorisées. Elles doivent porter impérativement une blouse et un masque. Elles doivent s’inscrire dans le cahier de visite (nom, laboratoire, horaires d’utilisation, type d’expérience réalisée).

L’accès aux zones protégées est exclusivement réservé aux animaliers.

Infirmerie - Salle de repos
Un local "infirmerie" situé en G004 a été aménagé et équipé. Ce local est équipé d’un lit, de deux trousses de premiers secours, de couvertures de survie,…. Cette pièce est utilisée ponctuellement par le SUAS (jeudi après-midi). Elle est fermée à clé et la plupart des secouristes du travail permanents de la faculté ainsi que le secrétariat général et la loge des accès sur leur badge Salto.

Radioactivité

Règles générales
Tout nouveau collaborateur doit contacter la personne compétente de son laboratoire avant d'utiliser la radioactivité pour la première fois.
Le travail avec des produits radioactifs se fait dans des laboratoires désignés comme zone surveillée ou zone contrôlée matérialisées respectivement par le signe radioactif gris et vert. Si les quantités et/ou le type de radioactivité manipulées ne justifie pas l’appellation zone surveillée ou zone contrôlée, apposez un autocollant " radioactif " à l’entrée des locaux concernés (pour les pompiers).
Les sources scellées sont signalées à l’entrée des locaux concernés.
Premiers soins conduite à tenir en cas de contamination radioactive  : cf. affichage dans les locaux concernés

Commandes de produits marqués
Toute commande doit être visée par M. GOIEDNER et par les détenteurs d’autorisation CIREA de la maison.

Manipulation de radioactivité
Toute personne en contact avec 32P et 125I doit porter un film dosimètre qui est renouvelé chaque mois.
Il est absolument obligatoire de porter les équipements de sécurité (blouse, gants et lunettes de sécurité).
Le plan de travail doit être clairement délimité et organisé rationnellement. Retirer tout ce qui n'est pas nécessaire à l'expérience. Couvrir la paillasse avec du papier absorbant. Lorsque les produits sont volatils, travailler sous hotte. La zone où la radioactivité est utilisée doit être délimitée avec un papier collant ayant le signe radioactivité.
Rappel : ne jamais pipeter un liquide à la bouche.
Utiliser du matériel incassable et jetable chaque fois que cela est possible.

Chaque fois qu'un produit radioactif est renversé et que quelque chose est contaminé, ramassez immédiatement le produit et décontaminez avec un détergent approprié (par ex. RBS 50). Tout ce qui peut être contaminé (liquide et solide) doit être collecté dans des containers appropriés. Si une quantité importante de produit radioactif est renversée, prévenir immédiatement le responsable du laboratoire et la personne compétente en radioactivité.
Chaque laboratoire où l'on manipule de la radioactivité possède un cahier de radioactivité ou sont notées les quantités de radioactivité utilisées et les résultats des contrôles de contamination qui doivent être effectués chaque mois.

Les zones où la radioactivité est utilisée doivent être contrôlées après chaque expérience pour vérifier qu'il n'y a pas de contamination. Ceci est fait en l'essuyant avec un papier filtre imbibé d'éthanol (par ex. papier filtre Whatman 3 mm ou GF/B) et en le comptant avec un compteur à scintillation (3H, 14C, 35S) ou bien par comptage direct de la surface avec un compteur Geiger (32P, 125I). Dans le cas de 32P et 125I il est nécessaire de contrôler aussi l'expérimentateur (mains, cheveux, vêtements, chaussures). Tout le matériel et l'extérieur des containers doit être contrôlé. Enfin une fois par mois le laboratoire doit être contrôlé pour la contamination : les points à contrôler sont spécifiés dans le cahier de radioactivité.
Un seul frigo et congélateur par laboratoire doit être utilisé si possible pour stocker la radioactivité. La quantité de radioactivité stockée doit être indiquée sur le cahier de radioactivité. Un autocollant " radioactif " doit être apposé sur chaque appareil concerné.
L'utilisation de la radioactivité doit être minimisée et la priorité doit être donnée aux méthodes alternatives.

Protection des manipulateurs
Rappel : il est interdit de manger, fumer ou boire dans les laboratoires utilisant la radioactivité. Il est également interdit d'y entreposer boisson, nourriture, tabac ou cosmétiques.
Dès qu'elles en ont connaissance, les collaboratrices doivent informer le médecin de prévention en cas de grossesse.
Le médecin de prévention doit être informé de la nature et de la quantité de radioactivité manipulée (feuille de radioprotection).

Déchets radioactifs

  • SP : solides compactables. Déchets solides en vrac non précompactés. Ceci exclut les liquides, les matières organiques (tissus animaux, sang). Les aiguilles doivent être remise dans leur enveloppe protectrice.
  • SL : flacons de scintillation en plastique. Les liquides contenant de la radioactivité , quelle que soit leur activité, sont classés en 2 catégories
  • LA : liquide aqueux contenant moins de 1 % de solvants organiques
  • LS : solvants organiques contenant moins de 10 % d'eau
  • 3H, 14C peuvent être mélangés. Les autres radio-éléments (35S, 32P, 125I) doivent être stockés séparément, 32P dans des containers en Plexiglas et 125I derrière un mur de plomb.

Stockage des déchets radioactifs

L'accès en est interdit aux personnes non habilitées (personnes à contacter en cas de besoin : M. Goeldner, N. Niederhoffer)

Les déchets radioactifs à éliminer par l’ANDRA sont stockés dans des fûts étiquetés (nom du laboratoire, radioélément) dans le local de stockage au sous-sol prévu à cet effet. Les déchets en décroissance sont stockés dans le local de stockage au sous-sol dans des sacs sous protecteurs (plomb ou plexiglas). Chaque sac est fermé hermétiquement et étiqueté (radioélément, date de fermeture, labo). Les déchets radioactifs (dont la période ne permet pas un stockage en décroissance) sont enlevés par l’ANDRA sur demande des laboratoires auprès de 1 à 2 fois par an en moyenne.

L'armoire de premiers secours

Placer l’armoire dans un endroit facile d’accès, afin qu’elle soit disponible en permanence.
Un affichage adéquat doit permettre sa localisation : L’armoire ne doit contenir aucun médicament.
Pour toute question, contacter le service de santé au travail de l’Unistra ou de médecine de prévention des personnels CNRS.

Consulter le contenu de l'armoire de secours conseillé par le service de santé au travail.

La médecine de prévention

Public viséAdresseContactsInformations
Personnel de l'UniStraService de Santé au Travail
72 rte du rhin - 67400 Illkirch
Dr Gaertner
03 68 55 85 30
Du lundi au vendredi
Personnel CNRSService médical CNRS
23 rue du Loess - 670037 Strasbourg

Dr. Catherine Vives
03 88 10 62 44

EtudiantsSUMPS / CAMUS*
6 rue de Palerme - 67000 Strasbourg
Dr Rochoux
03 68 85 50 24
Accueil
03 88 52 15 51
Du lundi au vendredi
8h-17h30

* Le CAMUS (Centre d'Accueil Médico-psychologique Universitaire de Strasbourg) propose aux étudiants présentant des difficultés personnelles et/ou familiales des rencontrer une équipe: conseillère d'orientation, psychologue, psychiatre et assistante sociale pouvant les aider à faire le point et à réfléchir à des solutions adaptées.

La visite médicale

A la suite du Décret n° 95-680 du 9 mai 1995, un examen médical annuel doit être proposé à tout salarié de la Fonction Publique.

Cette visite obligatoire, doit être au moins annuelle pour les catégories de personnels suivantes : 

  •     les personnes handicapées,
  •     les femmes enceintes,
  •     les agents réintégrés après un congé de longue maladie ou de longue durée,
  •     les agents occupant des postes dits à risques (exposition aux risques chimique, biologique, radioactif....)
  •     les agents souffrant de pathologies particulières.

La fréquence et la nature de ces visites sont définies par le médecin de prévention.
Ces visites comportent :

  • Un interrogatoire sur les antécédents médico-chirurgicaux,
  • Un examen clinique,
  • Des examens para-cliniques (analyse urinaire, contrôle de la vision et de l’audition le cas échéant,...)
  • La prescription de bilans biologiques complémentaires en fonction des expositions professionnelles, en particulier :

                         - NFS, enzymes hépatiques pour les risques chimiques,
                         - NFS pour les personnes soumises au risque radioactif,
                         - Cytologie urinaire en cas d’exposition aux amines aromatiques,
                         - Bilan ophtalmologique pour le risque laser (classes III et IV)...   

La mise à jour des vaccinations selon les expositions professionnelles (vaccin de l’hépatite B pour le risque biologique etc....) et pour les missions professionnelles à l’étranger.

Le médecin de prévention intervient également sur le milieu professionnel et peut proposer des aménagements de postes de travail ou de conditions d’exercice des fonctions, justifiés par l’âge ou l’état de santé des personnes.

La commission locale d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CLHSCT)

ses objectifs:

  • Développer la culture de sécurité de proximité
  • Permettre des réunions régulières entre la direction et des représentants de la structure dans le domaines de la prévention des risques professionnels
  • Définir un cadre commun de mise en place de fonctionnement des instances de concertation en santé et sécurité au travail
  • Suivre la mise en oeuvre des actions valisées par les CHSCT d'établissements

Consulter la composition des membres de la CLHSCT de la Faculté de Pharmacie